L'Islande a l'Eyjafjallajökull, le volcan au nom imprononçable qui bouleverse l'espace aérien quand il entre en éruption; mais également de bons joueurs de football. Le plus célèbre d'entre eux, Eidur Guðjohnsen (Chelsea, Barcelone) a aujourd'hui laissé sa place à une génération dorée qui crée la sensation dans le groupe A des éliminatoires de l'Euro 2016 qu'elle domine après avoir battu la Turquie et les Pays Bas. Dans ce pays de 325000 habitants (soit 50 000 de moins qu'en Haute Vienne), rencontre avec Thorlàkur Arnason, le selectionneur U17 qui nous parle d'état desprit, d'avion et de foot indoor.





Pouvez vous vous présenter, quel est votre parcours et depuis quand êtes vous sélectionneur des U17 ?
Eh bien, j'entraîne depuis très longtemps.Je suis né en 1969, j'ai été joueur mais je me suis blessé très tôt au début de ma carrière et j'ai donc commencé à entrainer en 1990.
Au cours de ma carrière, j'ai principalement travaillé au niveau des équipes de jeunes.Mais j'ai également entraîné en Premier League (ISL) comme entraîneur en équipes masculines et féminines.
J'ai aussi été sélectionneur de l'équipe des U17 féminines de 2009 à 20012. Nous sommes allés en demi-finales du Championnat d'Europe de football féminin des moins de 17 ans en 2011.
J'ai pris les U17 en 2013 et nous avons gagné la phase de groupe en Russie.

Parlons de l'actualité. Votre équipe a débuté les qualifications pour le championnat d'Europe des moins de 17 ans en terminant 2è de son groupe en Moldavie et s'est donc qualifiée pour le Tour Elite. C'était l'objectif minimum ? Pensez vous pouvoir vous qualifier pour le Tournoi Final en Bulgarie ?
Eh bien, nous sommes très heureux de nous être qualifiés. L'équipe d'Italie est bien sûr très forte et la Moldavie a également une bonne équipe.Ainsi, tous les matchs ont été trés disputés mais nous avons bien joués durant cette semaine.
Il sera très difficile de se qualifier pour la phase finale, mais tout est possible. Cette année, la phase finale comptera 16 équipes donc les chances de se qualifier sont plus importantes.

Comment préparez-vous ce Tour Elite ? Avez vous prévu des matchs amicaux ?
Nous allons essayer de trouver 2 matchs amicaux mais nous devons nous déplacer en avion.C'est très onéreux mais nous espérons vraiment pouvoir jouer des matchs amicaux.
Mais nous avons des entraînements tout l'hiver et cela nous aidera dans notre préparation.

N'existe-t-il pas avec les pays britanniques ou scandinaves un partenariat pour jouer régulièrement des matchs amicaux sans que celà ne coûte trop d'argent en voyages ?
Parfois nous organisons ce type de rencontres, notamment avec le Danemark.

Le dernier championnat islandais (Pepsi-deild) s'est déroulé du 4 mai au 4 octobre 2014. Est-ce le cas de tous les championnats ? Comment faîtes vous pour jouer au football en hiver ?
La saison se déroule entre mai et octobre.Nous jouons beaucoup en indoor pendant l'hiver.
La saison est très courte mais la trève et la préparation sont très longues.

Est-ce que tous les joueurs de la sélection U17 jouent dans le championnat islandais ?
Non, 2 jumeaux jouent au Danemark, au FC Copenhague et au AB Copenhague.
Et un autre joue à Reading, en Angleterre

En attendant le Tour Elite, quel est votre programme ? Est que la fédération dispose d'un complexe sportif d'intérieur et combien de fois allez vous pouvoir vous entraîner avec la sélection U17 ?
Nous avons des entraînements chaque week end jusqu'à Noël.Ensuite, nous espérons pouvoir jouer un match amical en février.
La ville de Reykjavik et les villes autour ont des complexes sportifs d'intérieur que nous pouvons utiliser.

Les résultats de l'équipe nationale sont très bons aujourd'hui (L'Islande abattu les Pays Bas et la Turquie pour les éliminatoires de l'Euro 2016). Est-ce lié au fait que les premiers terrains artificiels ont été construits il y a 15 ans et donc que les jeunes joueurs peuvent jouer toute l'année dans de bonnes conditions ?
Oui, mais principalement en raison de la qualité des entraîneurs dans les équipes de jeunes.
Tous les entraîneurs sont diplômés.

Quelle est votre relation avec Lars Lagerbäck (sélectionneur de l'Equipe A d'Islande)? Regarde-t-il également les résultats des sélections U17 et U19 ?
Notre relation est bonne. Il suit toutes les équipes mais bien sûr, il est surtout axé sur l'équipe nationale A.
C'est un homme très humble et un grand entraîneur.

En équipe A, la plupart des joueurs évoluent à l'étranger (Danemark, Norvège, Pays Bas, Russie, Espagne, Italie, etc...). Est-ce que vous parlez avec vos jeunes joueurs du moment où ils devront quitter l'Islande pour progresser ?
Oui, bien sûr. Quand les jeunes joueurs partent à l'étranger, beaucoup de choses changent car ils quittent leur famille.
Et je prends toujours le temps de parler aux joueurs qui jouent à l'étranger quand je les rencontre.

Pour finir, parlons un peu de vous... Y a-t-il un entraîneur ou un système de jeu que vous appréciez particulièrement ?
Non, pas vraiment car tu n'as jamais la même équipe. L'année dernière, le groupe 97 était offensivement très bon et nous avons marqué beaucoup de buts.
Le groupe de joueurs 98 est totalement différent ... très bon défensivement. Donc, cela dépend de l'équipe, des joueurs et de l'approche que tu as avec eux.
L'Islande ne peut pas jouer comme Barcelone, mais nous avons besoin d'un équilibre entre esprit combatif et qualité technique.

Quels sont vos projets pour la suite de votre carrière d'entraîneur ? Avec les U17 ou avez vous d'autres envies ?
Je souhaite entraîner à l'étranger un jour.
Je suis heureux à la Fédération Islandaise, où je suis en charge du développement des joueurs. 

S.A.
Octobre 2014
S.A.